Nouvelle suspicion de sites contaminés : le groupe chimique PFC

Les PFC sont un groupe de produits chimiques industriels comprenant environ 4’700 substances. Il s'agit de composés organiques dans lesquels les atomes d'hydrogène sont remplacés par des atomes de fluor. L'acide perfluorooctanoïque (APFO) et l'acide perfluorooctane sulfonique (PFOS) sont les substances principales de la classe des composés PFC.

Leurs propriétés particulières les rendent apparemment indispensables dans de nombreux secteurs industriels et aussi dans les ménages, car leurs propriétés uniques les rendent aptes à un large éventail d'applications :

En plus de leur activité de surface (hydrofuge et anti-graisse à la fois), ils présentent également une grande stabilité thermique et chimique grâce à leur structure chimique. Ce groupe de substances possède ainsi des propriétés intéressantes pour la production de vêtements d'extérieur, d'emballages alimentaires repoussant les graisses, de mousses d'extinction d'incendie filmogènes, d'agents mouillants dans la galvanoplastie, de produits de nettoyage, de produits médicaux, d'aides à la production de semi-conducteurs, ainsi que de produits cosmétiques et bien d'autres encore.

Cependant, ce sont précisément ces propriétés qui présentent des inconvénients majeurs dès lors que ces substances sont rejetées dans l'environnement. En raison de leur persistance et de leur mobilité, les substances alkyles perfluorées sont détectables même dans les régions les plus reculées de la terre.

Le PFOS, qui est beaucoup plus bioaffine que l'APFO, est présent dans le monde entier dans les poissons, les animaux marins, la faune, le lait et de nombreux autres aliments et peut être détecté - comme d'autres PFC - dans le sang humain et le lait maternel.

En raison des caractéristiques décrites ci-dessus, la problématique des PFC devient également de plus en plus pertinente dans le contexte des investigations sur les sites contaminés et de leur assainissement.

Dans l'intervalle, des valeurs de concentration ont été calculées pour 9 PFC, qui se situent dans la fourchette de 0,7 à 700 µg/l. En outre, les limites d'acceptation des décharges selon l’OLED ont été établies sur la base de  4 PFC.

Comme ce thème sera présent à l'avenir dans la loi sur les sites contaminés et le droit de l'environnement, il faut s'attendre à ce que les autorités doivent également exiger à l'avenir le prélèvement d'échantillons pour ces paramètres en cas de suspicion.

 

Les sites industriels concernés sont notamment :

- les aérodromes,

- Les casernes de pompiers et les terrains d'entraînement,

- Zones d’incendies après utilisation de mousse d'extinction,

- Installations de galvanoplastie,

- Industrie du papier et de la photo,

- Eaux usées / boues d'épuration / eau d'irrigation.

 

Votre interlocuteur :

Michael Rüffer
Partenaire, directeur du service Sites contaminés