• Vous êtes ici:
  • » Home FR
  • » Home
  • » Actualités
  • » Nouvel outil d'application pour l'évaluation de l'air en tant que ressource protégée dans le canton de Zurich

Nouvel outil d'application pour l'évaluation de l'air en tant que ressource protégée dans le canton de Zurich

Evaluation des biens à protéger selon l’OSites

Les sites pollués doivent être évalués de manière différenciée. Selon l'ordonnance sur les sites contaminés (OSites), outre l'évaluation du potentiel de pollution et de rejet des polluants, l'exposition et l'importance des biens à protéger que sont l'eau, le sol et l'air doivent être déterminées lors de l'enquête préliminaire. Concrètement, ces enquêtes doivent répondre à des questions telles que "Les polluants du sous-sol peuvent-ils atteindre les eaux souterraines ?" ou "Quelle est l'étendue possible des dommages causés par la pollution atmosphérique ? »

Au niveau national et cantonal, l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) et l'Office des déchets, de l'eau, de l'énergie et de l'air (AWEL) du canton de Zurich émettent depuis un certain temps déjà des aides à l'exécution qui définissent la procédure à suivre pour clarifier la protection des eaux et des sols. La procédure d'enquête concernant l'air en tant que ressource protégée n'a pas été réglementée en détail jusqu'à présent. Par conséquent, la plupart du temps seules des enquêtes rudimentaires ont été menées en ce qui concerne l'air en tant que ressource protégée. Bien que l'OFEV ait publié en 2015 l'outil d'exécution "Prélèvement et analyse de l'air interstitiel", cet outil se concentre exclusivement sur la réalisation de mesures de l'air interstitiel dans le terrain. Il est même souligné que les méthodes d'échantillonnage et d'analyse mentionnées ne sont pas adaptées à l'étude de l'air intérieur. Cela n'est pas satisfaisant dans la mesure où les mesures de l'air intérieur sont souvent décisives pour l'évaluation de l'air en tant que bien à protéger. Dans de nombreux cas, l'air en tant que bien à protéger n'a d'importance que si le site pollué est construit. En terrain découvert, le mélange de toute émission de gaz avec l'air ambiant est souvent si important qu'il n'y a aucun danger pour les personnes ou l'environnement.

Nouvelle aide à l’exécution du canton de Zurich

En juin 2019, l'AWEL a publié le document "Evaluation de l'air en tant que ressource protégée selon l'art. 11 de l'ordonnance sur les sites contaminés (OSites), aide à l'exécution pour le canton de Zurich". Ce document décrit en détail la procédure d'évaluation de l'air en tant que bien protégé lors de l'enquête préliminaire et de la surveillance des sites contaminés.

Selon l'art. 11 de l'ordonnance sur les sites contaminés, des éclaircissements concernant l'air en tant que bien protégé sont nécessaires si les deux critères suivants ont de fortes chances de s'appliquer :

  • Le rejet (émission) de substances gazeuses à partir du site est possible
  • La propagation (migration) de substances gazeuses vers un lieu d'immission (intérieur habité) est possible

La déclaration indiquant si un site doit être surveillé ou assaini est basée sur les mesures de l'air ambiant au point d'immission. Si des gaz émanant du site pollué sont détectés dans des espaces intérieurs habités à une concentration supérieure aux valeurs de fond admises, le site doit être assaini. Si aucun gaz n'est détecté sur le lieu d'immission, mais qu'une migration serait fondamentalement possible, il est nécessaire de procéder à une surveillance.

L’aide à l’exécution de l'AWEL contient également des informations détaillées sur les méthodes d’investigation et les conditions de mesure appropriées. Par exemple, il est réglementé que les mesures de l'air intérieur ne peuvent être effectuées que lorsque la pression de l'air est stable. En outre, au moins deux mesures doivent être effectuées à des intervalles d'environ six mois.

Expérience pratique

Ecosens AG, en tant que bureau spécialisé certifié S-Cert, a effectué l'année dernière des investigations détaillées sur deux sites pollués en ce qui concerne l'air en tant que bien protégé. La procédure choisie correspondait dans chaque cas aux spécifications de la nouvelle aide à l'exécution. Les deux sites étaient d'anciens sites d'exploitation dont le sous-sol était contaminé par des hydrocarbures chlorés (CHC). Dans les deux cas, il ne pouvait être exclu, sur la base des résultats de l'enquête précédente, que l'air intérieur des bâtiments sur le site était contaminé par des CHC.

Pour vérifier cette suspicion, les bâtiments ont d'abord été examinés à l'aide d'un détecteur à photoionisation (appareil de mesure manuel à lecture directe) pour détecter les sources externes et les voies d'entrée. Par la suite, la charge en CHC a été déterminée dans différentes pièces au moyen de mesures de l'air intérieur avec analyse des substances individuelles. Sur la base de ces mesures, une évaluation toxicologique de l'air intérieur a ensuite été réalisée et une classification de l'air en tant que bien à protéger a été effectuée.

Les mesures ont montré que la limite de détection des appareils de mesure portatifs (par exemple PID) pour déterminer la concentration de CHC dans l'air intérieur est insuffisante. En raison de la toxicité élevée des CHC, les valeurs guides basées sur la santé pour l'air intérieur sont inférieures aux limites de détection de ces appareils. En outre, ces appareils n'affichent généralement que la somme de tous les produits chimiques présents dans l'air et sont donc sensibles aux perturbations telles que l'utilisation de solvants dans les usines de production. Pour les CHC et les substances similaires, des mesures classiques de l'air intérieur sont donc nécessaires pour évaluer l'air intérieur.

Une autre conclusion de ces enquêtes est que les composés hautement volatils tels que les CHC peuvent également pénétrer dans les bâtiments à travers des panneaux de plancher visuellement intacts. Dans les deux cas, des expositions aux CHC ont été détectées dans certaines pièces, qui étaient nettement supérieures aux niveaux de fond. Toutefois, sur la base des résultats des mesures de l'air intérieur, un risque pour la santé des utilisateurs du bâtiment pourrait être exclu.

 

Votre interlocuteur :

Pascal Diefenbacher
Directeur du service Qualité de l'air intérieur